Centrale géothermique de Nesjavelli

Accueil » Écologie » Centrale géothermique de Nesjavelli
Écologie Pas de commentaire

Nesjavellir
Image illustrative de l'article Centrale géothermique de Nesjavellir
Vue de la centrale
Localisation
Pays Drapeau de l'Islande Islande
Région Suðurland
Comté Árnessýsla
Coordonnées 64 ° 06 ’29 « nord, 21 ° 15′ 23 » ouest
Caractéristiques
Type d’installations Centrale géothermique
Profondeur maximale des puits 2 000 m
Nombre de turbines 4
Capacité électrique 120 MW
Capacité thermique 300 MW
Administration
Date de mise en service Mai 1990
Statut En service
Propriétaire Orkuveita Reykjavíkur

Géolocalisation sur la carte: Islande

(Voir situation sur carte: Islande)

Centrale géothermique de Nesjavellir

La centrale géothermique de Nesjavellir est une centrale retenue et opérée par Orkuveita Reykjavíkur . Elle est située près du volcan Hengill au sud-ouest de l’ Islande , à 11 km de la centrale géothermique de Hellisheiði . C’est la seconde plus importante centrale géothermique d’Islande. La centrale produit 120 MW d’électricité et 300 MW d’énergie thermique (soit 1 800 litres d’eau chaude par seconde).

Elle a été inaugurée le 17 mai 1990.

La premier usage de la géothermie est de chauffer 90% des bâtiments, avec un kilowattheure qui revient entre 1,5 et 1,8 cent, on est loin des 8,7 cents du gaz en France.

« Le chauffage coûte peu en Islande. si on compare au chauffage au gaz, la géothermie ferait économiser 10% de leur PIB chaque année »

Jusqu’à dans les années 1970, le pays se chauffait principalement au fioul. Mais a cause du premier choc pétrolier, le gouvernement Islandais a lancé l’exploitation massive de la géothermie basse température,  et la doublé, en quinze ans, puis a passé la part des bâtiments chauffés avec cette énergiede 40 à 80%. Une accélération qui a transformé l’Islande.

L’industrie, surtout agroalimentaire, se régale de cette chaleur bon marché. Ce sont plus de 200 000 mètres carrés de serres, qui permettent de faire pousser des légumes, des fruits et des fleurs. La pisciculture a eu une productivité décuplée par le chauffage de ses bassins, ce qui lui a permit  de travailler sur de nouvelles espèces. Une usine, l’usine Haustak reçoit en direct de la vapeur à 280 °C d’une centrale voisine ce qui lui permet de sécher 2 000 tonnes par an de têtes de morue, puis de les exporter vers le Nigeria.

 

Laisser un commentaire