Ver du fumier, Eisenia fetida

Accueil » Écologie » Ver du fumier, Eisenia fetida
Écologie Pas de commentaire

Eisenia fetida
Description de cette image, également commentée ci-après
Ver du fumier.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Annelida
Classe Clitellata
Sous-classe Oligochaeta
Ordre Haplotaxida
Sous-ordre Lumbricina
Famille Lumbricidae
Genre Eisenia

Nom binominal

Eisenia fetida

Le ver du fumier ( Eisenia fetida ), connu sous divers noms, tels que «ver rouge» ou «ver tigré», est une espèce de ver vivant de la décomposition des matières organiques.

La description

Le ver du fumier mesure généralement de quatre à cinq centimètres de long.
Son corps est composé de 105 segments constitués chacun d’un anneau pourpre.

Il se nourrit de végétation en décomposition et contribue au compostage de la matière organique et du fumier où il peut être affecté par des teneurs élevées en métaux lourds ou ETM (éléments-traces métalliques)1. Il mange l’équivalent de la moitié à une fois son poids par jour.

Rarement présent dans les sols normaux, il préfère, comme Lumbricus rubellus, des conditions où d’autres vers ne peuvent pas survivre. Il apprécie l’obscurité et une température de 15 à 25 °C.

Lorsqu’il est manipulé brusquement, il dégage un liquide âcre peut-être lié à un mécanisme de défense chimique, bien qu’aucune étude ne l’ait confirmé.

Il se reproduit beaucoup puisqu’un seul ver peut avoir 500 descendants en un an

Génétique

Il est étroitement lié à l’espèce Eisenia andrei, aussi appelée E. fetida andrei (« ver rouge de Californie »).
Le seul moyen simple de faire la distinction entre eux est que E. fetida est de couleur plus claire.
Des analyses génétiques ont confirmé qu’il s’agit bien d’espèces distinctes et des expériences ont prouvé qu’ils ne produisent pas d’hybrides.

Utilisation

Cette espèce est disponible dans le commerce, principalement pour la vermiculture, en raison de sa remarquable capacité à transformer des matières organiques en vermicompost. Il est également vendu comme appât pour la pêche.

 

Laisser un commentaire